L'élaboration du vin jaune est associé à la culture du savagnin et aux abbesses de Château-chalon dont l'abbaye fut fondé au VIIième siècle. Elles en avaient fait leur spécialité : on raconte que les plaisirs de la chair leur étant interdit, elles reportairent alors leur amour sur le vin. Le fait que le vin de Jerez et le Tokay hongrois, qui sont tous deux issus de vinification sous voile, aient une certaine parentée de goût avec le Vin-Jaune, a accrédité les hypothèses imaginant les abesses, originaire de lointaines contrées, important les boutures dans leurs bagages et les recettes dans leurs livres.

On peut préfèrer ces explications romanesques à l'inévitable légende matérialiste qui attribue la découverte du vin jaune au hasard et à un vigneron qui, ayant abandonné un vieux fût au fond de sa cave, aurait bien des années plus tard découvert la merveilleuse métamorphose de son vin. D'après l'historien Jurassien P. Grispoux, la dénomination "vin jaune" n'est apparue qu'au début du XIXème siècle. Gerrier le mentionne dans son "Mémoire sur l'état de l'agriculture du Jura" en 1822. Avant cette date, les écrits y font référence sous des noms divers : vin de garde, vin de gelées... Néanmoins certains textes laisseraient supposer que le Savagnin était déjà cultivé au XIIème siècle.

Ainsi nous savons que le Comte Etienne de Bourgogne affectionnait particulièrement son clos de Blandans dans lequel était planté un cépage prestigieux, très probablement du Savagnin, puisqu'on ne le vendengeait qu'aux premières gelées.

D'autres personnages célèbres glorifièrent le vin jaune. Citons le poète F. Gauthier qui lui consacra treize strophes, le père Mélinger, le Prince de Métternich ("et pourtant vous avez mieux en France... Quoi donc, lui répliqua Napoléon III? Le Château-Chalon Sire"), le dernier Tsar Nicolas de Russie, l'homme politique Français Edgard Faure...

   

Catégories de Produits  

   

Votre Pannier  


 x 

Panier Vide
   

Produits en vedettes  

   
© ALLROUNDER